Conclusion Thomas Schürmann fr

A travers la Wallonie III

De la Sambre à la Vesle

Dans la cour intérieure de l'abbaye de Scourmont - jusqu'à aujourd'hui, selon le site web, la bière de Chimay est brassée dans l'abbaye - Vue de l'intérieur sur la porte d'entrée de l'abbaye, située paisiblement au milieu de la forêt.

Dans la cour intérieure de l'abbaye de Scourmont - jusqu'à aujourd'hui, selon le site web, la bière de Chimay est brassée dans l'abbaye

Vue de l'intérieur sur la porte d'entrée de l'abbaye, située paisiblement au milieu de la forêt.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, Sigma Art 28mm - 35mm/1:2 DG, 21.05.2022

Notre voyage a débuté à l'Abbaye d'Aulne sur la Sambre et s'est poursuivi dans le nord des Ardennes jusqu'à Reims en Champagne française.

Les Ardennes derrière Flaignes-Havys dans le département français des Ardennes - Un paysage culturel doux, ouvert et presque charmant

Les Ardennes derrière Flaignes-Havys dans le département français des Ardennes

Un paysage culturel doux, ouvert et presque charmant
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 21.05.2022

Les Ardennes

Magnifique

Même au troisième jour de notre voyage de Bruxelles à Reims, la Wallonie devait encore changer plusieurs fois de visage, tant les paysages sont variés, tant les lieux sont diversifiés. Les paysages sont magnifiques, d'une douceur suave que seuls les paysages culturels de moyenne montagne possèdent.

Dansla première partie, nous nous sommes rendus à Bruxelles, dans la deuxième partie, nous sommes passés par la colline du Lion près de Waterloo et la ville industrielle de Charleroi pour arriver à notre lieu de couchage, juste à côté de l'Abbaye d'Aulne.

Un bon repas

Un bon sommeil et un excellent petit-déjeuner

Alors que notre planification des restaurants était plutôt mauvaise le premier et le deuxième jour - nous avons pique-niqué la veille au soir au bord de la Sambre - nous avons vraiment eu la main heureuse en choisissant nos hôtels. Les petits détails font la différence. Les chambres avec leurs murs en pierre de taille à L'Auberge de L'Abbaye d'Aulne sont magnifiques. Il y a de l'eau gratuite dans le réfrigérateur central. Et nous avons aussi parfaitement dormi dans les lits confortables et nous nous sommes réveillés avec le soleil dans le dos. Il entrait par l'est par une fenêtre et sortait par l'autre. Et en même temps, nous pouvions regarder, allongés, les ruines de l'Abbaye d'Aulne. Une vraie recommandation !

Le petit déjeuner était très bon et nous nous sommes mis en route avec des forces suffisantes. Dans ce récit de voyage photographique, vous découvrirez les plus grands plans d'eau de Belgique, une gare intéressante située sur un pont, de la bière d'abbaye, un beau château qui a accueilli un festival baroque, des étangs remplis de poissons, une recette spéciale, des villages presque abandonnés, un vieux pont de tramway et une impressionnante cathédrale en fin de journée.

La première destination de notre voyage était Chimay, que l'un(e) ou l'autre doit connaître pour la bière d'abbaye du même nom.

Les barrages de l'Eau d'Heure

Ne jamais sous-estimer la province 

Nous laissons les ruines de l'Abbaye d'Aulne sur notre droite et, peu après, nous nous dirigeons un peu vers le sud sur la route nationale rectiligne entre Gozée et Beaumont. Nous avons tourné en direction de Boussu-Lez-Walcourt.

Boussu-Lez-Walcourt est un quartier de la commune de Froidchapelle et se trouve à proximité des 5 barrages de l'Eau d'Heure dans le sud de la Belgique. Depuis 1970, ils constituent le plus grand réservoir d'eau de Belgique avec 86 millions de mètres cubes et une superficie de 635 ha, soit 6,35 kilomètres carrés. À titre de comparaison, le Biggesee a une superficie de 8,95 kilomètres carrés et le lac de Constance de 536 km². Outre les objectifs touristiques, les lacs devaient notamment fournir suffisamment d'eau au canal Charleroi-Bruxelles après son extension à des bateaux de 1350 tonnes. Les lacs ont également une grande importance pour l'approvisionnement en eau potable de la région de Charleroi. En outre, une centrale de pompage-turbinage produit de l'électricité pour les pics de consommation. En passant devant, nous voyons des skieurs nautiques s'élancer sur la surface scintillante des lacs dans la lumière crue du soleil printanier. Nous continuons vers le sud en franchissant le long barrage de la Plate-Taille.

L'ancienne gare de Cerfontaine dans le Hainaut - La ligne étant devenue une double voie en raison du nombre élevé de passagers, une nouvelle gare était nécessaire. Elle a été construite sur un pont au-dessus des voies.

L'ancienne gare de Cerfontaine dans le Hainaut

La ligne étant devenue une double voie en raison du nombre élevé de passagers, une nouvelle gare était nécessaire. Elle a été construite sur un pont au-dessus des voies.
Photo : Wikipedia, Nikon D800e, 2013, Source : Wikipedia

La ligne 132

La gare du pont

Si l'on entre aujourd'hui dans le village en venant du nord par la N589, une partie de la route passe sur l'ancienne voie ferrée du chemin de fer Sambre-et-Meuse (Charleroi-Vireux, plus tard aussi ligne 132 dans l'indicateur belge) et passe sous l'ancienne gare de Cerfontaine (photos historiques). La gare, autrefois située sur la ligne de chemin de fer inaugurée en 1853, a été victime de la construction des barrages susmentionnés, car la ligne a été déplacée de Walcourt à Neuville, située à l'est, et l'arrêt à Cerfontaine a donc été supprimé.

La gare est une particularité architecturale, car elle a été construite en 1920 sur un pont spécialement aménagé au-dessus de la ligne. Avant la gare, non visible de ce côté sur la photo, une route étroite traversait le pont avant la gare. A droite et à gauche, des escaliers descendent vers les quais. La raison pour laquelle une nouvelle gare a été construite en 1920 était que la forte ! Le trafic sur l'ensemble de la ligne nécessitait une deuxième voie ferrée. Un âge d'or pour les fans de trains et pour moi. Le bâtiment a été conçu par Léon Pèche, un ingénieur civil de Cerfontaine. Depuis 1992, la gare est officiellement un monument historique belge et abritait depuis 1973 le musée régional de Cerfontaine. Au moment de la photo (Wikipedia.fr), la gare était apparemment en cours de rénovation, c'était en 2013.

Un grand merci à G.D. de Gares belges pour l'aimable autorisation d'utiliser les photos historiques. 

L'ancienne gare de Cerfontaine - Le bâtiment a été conçu par Léon Pèche, un ingénieur civil de Cerfontaine.

L'ancienne gare de Cerfontaine

Le bâtiment a été conçu par Léon Pèche, un ingénieur civil de Cerfontaine.
Photo : Gares belges, Source: Gares Belges,

Le centre de Cerfontaine, que nous avons ensuite traversé, a été récemment rénové à grands frais, mais avec trop de béton et de pavés à mon goût.

De Cerfontaine, la N589 n'est plus très loin jusqu'à Chimay. La route passe devant le lac de Virelles, qui est né d'une dépression marécageuse. Au 15e siècle, on a continué à retenir l'eau pour faire fonctionner, avec l'écoulement, les roues de deux forges situées au trop-plein. Au 19e siècle, les princes de Chimay ont loué le lac et le terrain autour pour la pêche et la chasse. La grande richesse en poissons du lac rendait nécessaire de les stocker, en copiant une recette espagnole avec une sauce au vinaigre, ce qui donna naissance à une spécialité qui fait encore aujourd'hui la renommée de la région de Chimay, l'escavèche. C'est du moins ce que l'on raconte.

Route secondaire à Chimay - Chimay est une très belle petite ville du sud de la Belgique qui a su garder son charme. Il n'y a que la circulation automobile dans le centre-ville dont je me passerais bien.

Route secondaire à Chimay

Chimay est une très belle petite ville du sud de la Belgique qui a su garder son charme. Il n'y a que la circulation automobile dans le centre-ville dont je me passerais bien.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

Chimay

La salonnière qui aime la musique

Devant nous, Chimay se trouve sur une colline, sur une bande de calcaire qui a été défrichée avant l'époque monastique et sur laquelle on pratique l'agriculture depuis. Nous nous arrêtons pour visiter le village. Ce qui nous a gênés, c'est que même à Chimay, on ne peut pas renoncer à l'habitude de se rendre en voiture dans le centre-ville, que ce soit à la pharmacie ou devant le café. Je trouve que c'est plus agréable et mieux, car le centre-ville de Chimay est vraiment charmant et vaut la peine d'être découvert. Et il est plus agréable de s'y asseoir et de s'y promener lorsqu'il n'y a pas de voiture qui démarre ou qui tourne à toute allure.

Le centre-ville est dominé par la grande place, à laquelle est directement rattaché le château des princes de Chimay. Il est actuellement habité par Élisabeth de Chimay, qu'il ne faut pas confondre avec Élisabeth de Riquet de Caraman-Chimay, une dame de compagnie parisienne. Le château de Chimay lui-même est un manoir du XVIe siècle qui a été presque entièrement détruit par un incendie en 1935. La reconstruction lui a donné son aspect actuel dans le style Renaissance d'Henri IV. Le château abrite un beau théâtre de 200 places qui a été plusieurs fois au centre de concours et de festivals baroques.

Le théâtre a pour origine un personnage très connu en France, une autre habitante du château, Thérésia Cabarrus, communément et plus souvent appelée "Madame Tallien", née le 31 juillet 1773 au palais San Pedro à Carabanchel Alto près de Madrid et morte le 15 janvier 1835 au château de Chimay en Belgique actuelle. Elle était une salonnière française et une femme influente pendant la Révolution française. (...) Son salon dans sa maison de l'Allée des Veuves, près des Champs-Élysées, devient célèbre". (Source : Wikipedia) Et c'est aussi par Madame Tallien que nous revenons au champ de bataille de Waterloo, puisqu'elle aurait envoyé des draps au futur général Napoléon Bonaparte, encore sans affectation, afin qu'il s'en serve pour améliorer ses vêtements ou sous-vêtements. Chassée de la cour de Paris par le coup d'État du 18 brumaire an VIII, elle se marie le 9 août 1805 avec François Joseph de Riquet de Caraman, prince de Chimay. Le brumaire (en français également mois de brouillard) est le deuxième mois du calendrier républicain de la Révolution française. C'est le temps qu'il faut.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Le château de Chimay  - Le château de Chimay lui-même est un manoir du 16ème siècle qui a été presque entièrement détruit par un incendie en 1935. Sa reconstruction lui a donné son aspect actuel dans le style Renaissance Henri IV.

Le château de Chimay

Le château de Chimay lui-même est un manoir du 16ème siècle qui a été presque entièrement détruit par un incendie en 1935. Sa reconstruction lui a donné son aspect actuel dans le style Renaissance Henri IV.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

"Au cours de leurs 25 ans de vie commune, le couple mélomane reçut de nombreux artistes tels que Daniel Auber, Rodolphe Kreutzer, Luigi Cherubini, Charles de Bériot et Maria Malibran à Paris et plus tard à Chimay, où Thérèse formait une petite cour. Cherubini composa sa Messe en fa dans ce château". (Source : ibid.)

Routes secondaires. - À côté de la vieille ville historique, certaines façades paraissent si absurdes que je ne peux m'empêcher de prendre une photo.

Routes secondaires.

À côté de la vieille ville historique, certaines façades paraissent si absurdes que je ne peux m'empêcher de prendre une photo.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

Nous quittons Chimay par la rue de Planchette en direction de Bourlers, un village avec de très belles maisons, mais qui est malheureusement complètement dominé par des aires de stationnement goudronnées devant les maisons. Quel potentiel perdu ! (C'est ainsi tout au long du voyage, quelques arbres et bancs, quelques espaces verts et on se croirait tout à fait en vacances, cette chance est gâchée par de nombreux endroits en Belgique qui semblent avoir été aussi malmenés que leurs homologues en Allemagne lorsque le concours "Unser Dorf soll schöner werden" a pris le dessus).

Tour sur champ - Probablement un tour d'eau, malheureusement je n'ai pas pu trouver d'autres informations.

Tour sur champ

Probablement un tour d'eau, malheureusement je n'ai pas pu trouver d'autres informations.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

Sur le chemin de l'abbaye de Scourmont - nous y reviendrons plus tard - nous voyons un château d'eau sur la droite. Un arrêt photo intéressant.

Belle ambiance de jardin à l'abbaye de Scourmont - L'ambiance est paisible dans l'abbaye fondée en 1850. Seuls quelques visiteurs s'y retrouvent.

Belle ambiance de jardin à l'abbaye de Scourmont

L'ambiance est paisible dans l'abbaye fondée en 1850. Seuls quelques visiteurs s'y retrouvent.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

Chimay - Bière d'abbaye de Scourmont

Une abbaye cistercienne moderne

Vers midi, nous arrivons à la célèbre abbaye de Scourmont. Juste l'année où Jenny Lind, la divine chanteuse suédoise, a foulé pour la première fois le sol américain, en 1850, le prince de Chimay a invité les moines de l'abbaye Saint-Sixte de Westvleteren (Flandre occidentale) à fonder une nouvelle abbaye cistercienne près de Chimay.

Dans l'abbaye Saint-Sixte, située au nord de Poperinge en Flandre, les moines brassaient déjà de la bière depuis 1839, une bière qui est toujours connue et commercialisée avec succès sous le nom de Westvleteren. Est-ce que c'était la bière qui intéressait le prince ? En tout cas, le plan a fonctionné et depuis 1860, l'abbaye brasse de la bière, et c'est toujours le cas aujourd'hui. La bière est brassée à l'abbaye. Pour ne pas perturber la tranquillité de l'abbaye et parce que la demande dépassait les possibilités de fabrication sur place, la mise en bouteille a toutefois lieu depuis 1978 sur le site de Baileux, qui se trouve à quelques kilomètres seulement à l'est de l'abbaye.

La bière de l'abbaye de Scourmont est l'une des six seules bières en Belgique à pouvoir porter l'appellation de bières trappistes. Il n'y a également que 14 abbayes dans le monde qui portent cette appellation.

Le cimetière de l'abbaye de Scourmont - Des haies de buis envahissent les tombes des moines

Le cimetière de l'abbaye de Scourmont

Des haies de buis envahissent les tombes des moines
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

Lors de la visite, on remarque très peu l'histoire brassicole du monastère. Ce qui surprend plutôt, c'est le calme et le recueillement qui semblent régner sur l'ensemble du site. Les jardins sont bien entretenus, les arbres sont anciens et choisis. On peut y trouver un peu de tranquillité si on le souhaite. Il vaut la peine de se promener sur le large chemin qui descend vers le cimetière du monastère, dont l'aménagement est unique en son genre. Depuis le cimetière, le paysage s'ouvre vers l'ouest et on a une belle vue sur les champs derrière le monastère, qui est par ailleurs entouré de forêts.

Des arbres gigantesques dans la cour intérieure - Les grands arbres clairsemés contribuent à la belle ambiance de la cour de l'abbaye. Un plaisir particulier en mai.

Des arbres gigantesques dans la cour intérieure

Les grands arbres clairsemés contribuent à la belle ambiance de la cour de l'abbaye. Un plaisir particulier en mai.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800E, 2022

Après la visite, nous continuons à rouler sur la route principale en direction du sud. Le paysage change à nouveau de visage et prend, avec sa répartition en petites parcelles, des allures tout juste britanniques, dignes du sud de l'Angleterre. Les prairies et les pâturages sont parsemés de magnifiques boutons d'or et de pissenlits et scintillent comme une rivière dorée sous le soleil belge de l'après-midi.

C'est beau ici.

Le pont de la ligne de tramway 453A - Au bord de la route se trouvait un beau pont de pierre, dont le sens n'a pu être recherché qu'une fois rentré à la maison.

Le pont de la ligne de tramway 453A

Au bord de la route se trouvait un beau pont de pierre, dont le sens n'a pu être recherché qu'une fois rentré à la maison.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

L'histoire d'un pont

Ligne 453A

Après le débouché de la rue des Sapinières sur la N 589, j'aperçois un joli pont au bord de la route et je m'empresse de prendre une photo. Ici, au bureau, j'ai pu faire des recherches laborieuses sur l'infrastructure à laquelle appartenait ce pont. Vers 1900, la Belgique était le pays disposant du réseau ferroviaire le plus dense. Il ne s'agissait pas seulement de lignes à voie normale (pour les non-ferroviaires* : un écartement de 1435 mm), mais aussi de lignes à voie étroite et de lignes de tramways qui contribuaient à ce réseau d'infrastructures unique. Autour de Charleroi, il existait un réseau de tramways dense qui permettait de voyager jusqu'à Chimay en passant par Thuin, mais les Ardennes comptaient également un grand nombre de lignes qui permettaient même de traverser la frontière pour se rendre en France. L'une de ces lignes était la ligne de tramway 453A de Chimay à Cul-des-Sarts, et c'est à cette ligne qu'appartient le pont photographié, sur lequel étaient posées des voies à écartement métrique. Complément du 17.07. 2022 : Il est même indiqué sur cette carte du réseau ferroviaire français (Nouvelle Carte des Chemins de Fer, Lignes de Navigation, Canaux, Rivières de A. Taride, Editeur, source : Timetable World, malheureusement date inconnue). Merci aux amis du tramway de Hemer pour ce conseil ! 

Revenons un peu dans le passé. Aux 17e, 18e et 19e siècles déjà, les Ardennes n'étaient pas une riche région provinciale. En hiver, les localités isolées étaient difficilement accessibles par les chemins vicinaux impraticables. A Cul-des-Sarts, qui ne comptait encore que deux maisons en 1571, une sorte de communauté de peuplement s'est d'abord développée grâce aux bûcherons, aux charbonniers et aux flotteurs de bois, suivis de l'élevage et de l'industrie laitière grâce au déboisement des épaisses forêts ardennaises. Lentement, une certaine pré-industrie se développa autour des moulins et des ardoisières, les premières machines à vapeur firent leur apparition, encore assez rares dans la province de Namur ou du Hainaut.  A la fin du 19e siècle, une fabrique d'allumettes, une fabrique de chaussures et la fabrique de cigares Thomas Philippe offraient tout de même du travail à plusieurs centaines de personnes, mais aujourd'hui, il n'y a plus aucune usine dans tout le Cul-des-Sarts.

Enfin, la Société nationale des chemins de fer vicinaux (SNCV, liste des stations et dépôts), fondée en 1884, construisit en 1904 une ligne de tramway à voie métrique qui reliait Chimay au village de Cul-des-Sarts via Bourlers, en passant par Forges, puis par Riézes, Nimelette (Voici une carte). L'idée de la SNCV était de sortir les régions rurales de la stagnation économique grâce à des lignes de chemins de fer dits vicinaux, construites à moindre coût et dotées d'un équipement simple. (Peut-être un projet d'avenir ?). L'équipement minimum d'un arrêt était un poteau en fonte, la distance maximale jusqu'à une "vraie" gare était de 25 kilomètres. 

L'horaire de la ligne de tramway, probablement exploitée avec un matériel roulant très intéressant (véhicules comparables, description du trajet), était impressionnant pour une région aussi peu peuplée. A 5h50, 11h55, 16h15, 19h30 et 21h00, il était possible de voyager de Chimay à Cul-des-Sarts et ensuite de Cul-des-Sarts à Couvin via la ligne 453b. Le trajet n'était pas particulièrement rapide, le tram mettait 4 heures et 10 minutes pour parcourir les 43 km au total. Confortable, en revanche. Dans l'autre sens aussi, il y avait cinq liaisons en 1931. A Petit Chapelle, il était possible de rejoindre le réseau ferroviaire français à Tremblois-les-Rocroi en passant par la ville fortifiée de Rocroi via une ligne des Chemins de fer départementaux des Ardennes (une ligne à voie métrique, carte postale du Chesne). De là, il était possible de poursuivre le voyage jusqu'à Charleville-Mézières sur la Meuse. 

En 1960, l'exploitation des deux lignes a été arrêtée et le tramway a été remplacé par des bus. 

Pâturage sans bétail - La vue s'ouvre largement à travers les barbelés

Pâturage sans bétail

La vue s'ouvre largement à travers les barbelés
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Pays et routes

Regarder à deux fois

Comme vous l'avez certainement déjà remarqué, le charme de la Wallonie n'apparaît souvent qu'au deuxième coup d'œil. Nous continuons sur la N 589, où l'Eau Noire forme une frontière naturelle avec le département des Ardennes. De nombreux étangs de pêche se trouvent à côté de la petite rivière et nous atteignons bientôt la localité de Regniowez. Nous quittons la N 589, qui nous a si bien guidés pendant si longtemps, et tournons à droite sur la D32, puis sur la D22, et nous sommes maintenant en France. Adieu Wallonie, bienvenue dans le département des Ardennes, avec ses 270.582 habitants sur 5.250 kilomètres carrés.

Beauté solitaire - Le calme ici est un plaisir. Peut-être pas pour tout le monde.

Beauté solitaire

Le calme ici est un plaisir. Peut-être pas pour tout le monde.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Pour les Ardennes en France, nous n'avions absolument aucun plan et je laisse donc à mon fils le soin de choisir à sa guise les routes qui l'intéressent. C'est ce que j'avais prévu. Nous nous laissons porter, l'essentiel est d'arriver d'une manière ou d'une autre à Reims dans l'après-midi.

Intérieur gothique primitif de l'église fortifiée -

Intérieur gothique primitif de l'église fortifiée


Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e,

Nous passons par Éteignières, Auvillers-les-Forges, le petit village de Foulzy et Flaignes-Havys, où nous visitons l'église Saint-Laurent, une église fortifiée de style gothique primitif. Elle possède l'une des rares tours rondes fortifiées encore conservées dans la région, du côté est.

Maisons en face de l'église de Flaignes-Havys - Le charme que présentent les maisons à démolir est en contradiction avec le besoin des gens de disposer d'une maison belle et agréable à vivre.

Maisons en face de l'église de Flaignes-Havys

Le charme que présentent les maisons à démolir est en contradiction avec le besoin des gens de disposer d'une maison belle et agréable à vivre.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Nous voyons souvent de telles maisons entre Chimay et Reims. Cependant, en traversant la frontière, le caractère architectural a complètement changé.

Des extraterrestres ? Non, des conteneurs de verre usagé. - Je n'ai pas pu résister à la vue de ces compagnons au rire amical.

Des extraterrestres ? Non, des conteneurs de verre usagé.

Je n'ai pas pu résister à la vue de ces compagnons au rire amical.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Nous passons par Cernion pour rejoindre Aubigny-les-Pothées, village incendié lors de la bataille de Rocroi - du 19 mai 1643, nous avons 2 jours de retard pour une commémoration calendaire - pendant la guerre franco-espagnole, comme tant d'autres. Nous tournons à gauche avant le passage souterrain de la ligne de chemin de fer Valenciennes - Charleville-Mézières et nous nous retrouvons sans le savoir face à ces 2 aliens, confortablement installés dans un coin à côté de la voie ferrée.

Chariot de supermarché, Carrefour à Signy-l'Abbaye - Je me demande si quelqu'un a déjà utilisé la dernière voiture. Faire ses courses et vivre dans les Ardennes françaises n'est pas si simple.

Chariot de supermarché, Carrefour à Signy-l'Abbaye

Je me demande si quelqu'un a déjà utilisé la dernière voiture. Faire ses courses et vivre dans les Ardennes françaises n'est pas si simple.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Nous passons par Lépron-les-Vallées pour nous rendre à Signy-l'Abbaye, où nous faisons quelques achats au Carrefour et faisons une pause au soleil dans le joli centre du village, au bord de la rivière La Vaux. Ce que nous ne savions pas, c'est qu'à Signy-L'Abbaye aussi on brasse de la bière, et plus précisément la Bière de l'Abbaye de Signy.

Beauté - Les tiges se balancent au gré du vent sur les hauteurs des Ardennes françaises, avec une beauté presque irréelle.

Beauté

Les tiges se balancent au gré du vent sur les hauteurs des Ardennes françaises, avec une beauté presque irréelle.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Fraîchement revigorés, nous poursuivons notre route vers le sud-ouest et terminons notre belle balade champêtre à travers la partie française du nord des Ardennes en rejoignant l'A34 à Rethel, pour arriver vers 15h30 à Reims, en Champagne.

L'arrière de la cathédrale à côté du Palais du Tau - Un beau parc à côté du Palais du Tau délimite le terrain de la cathédrale du Cours Anatole France.

L'arrière de la cathédrale à côté du Palais du Tau

Un beau parc à côté du Palais du Tau délimite le terrain de la cathédrale du Cours Anatole France.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Immense symphonie de pierres, 

L'œuvre immense d'un homme et d'un peuple

La citation de Victor Hugo de 1831 convient très bien comme introduction à notre visite de la grande ville. Nous sommes à Reims. J'avais complètement oublié combien de maisons de champagne célèbres se trouvent directement à Reims, et nous passons donc en voiture et à pied devant des noms aussi prestigieux que Taittinger, Veuve Cliquot, Vranken, Pommery et d'autres. Nous nous garons au square Georges Jantzy et marchons vers la ville. Nous voulons voir la cathédrale. Et je me réjouis de voir la puissance de cet immense bâtiment faire son effet et nous étonner, mon fils et moi. C'est vraiment une montagne de pierre, cette montagne d'ogives, de moulures, de piliers, de chapiteaux, de colonnes, de pinacles et de rosaces en calcaire lutétien de la région de Reims. Et comme elle est lumineuse de l'extérieur, si on la compare à la cathédrale de Cologne, qui est également une très grande cathédrale et plus haute. Pendant des siècles, les rois français y ont été couronnés, et suite aux destructions de la Première Guerre mondiale, de nombreux gestes politiques de réconciliation entre la France et l'Allemagne ont eu lieu ici.

Les architectes de la cathédrale ont posé de nombreux jalons architecturaux, en particulier Jean d'Orbai d'Orbai sur la Marne, Jean-le-Loup, Gaucher de Reims, Bernard de Soissons, Adam et Robert de Coucy, qui ont servi de modèle à de nombreuses cathédrales en France avec l'impressionnante rosace de la façade principale, la nouvelle mesure et la façade mouvementée et ascendante. Comme l'écrivent les auteurs* de Wikipedia :

"Toute la façade, avec ses énormes quantités de pierres, est un mouvement enivrant vers le haut."

(Quelle: Wikipedia)

Voûtes d'arêtes dans la cathédrale - L'intérieur de la cathédrale mesure déjà 139 mètres de long.

Voûtes d'arêtes dans la cathédrale

L'intérieur de la cathédrale mesure déjà 139 mètres de long.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

La galerie royale était à l'origine dorée. Il y a 56 statues, toutes de 4 m 30 de haut et d'un poids de 6 à 7 tonnes. Elles sont agrandies proportionnellement à la distance qui les sépare du sol.

Le sanctuaire - Grand Dieu nous te louons. Le concours de cathédrales entre cardinaux dans la France gothique a eu des conséquences dramatiques. Des églises se sont effondrées ou sont aujourd'hui difficilement conservées sur le plan statique, tant la soif de reconnaissance des hommes de Dieu autoproclamés a porté haut les ogives.

Le sanctuaire

Grand Dieu nous te louons. Le concours de cathédrales entre cardinaux dans la France gothique a eu des conséquences dramatiques. Des églises se sont effondrées ou sont aujourd'hui difficilement conservées sur le plan statique, tant la soif de reconnaissance des hommes de Dieu autoproclamés a porté haut les ogives.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Je voudrais qualifier l'aménagement du parvis de la cathédrale de particulièrement exemplaire. J'ai rarement vu un aménagement aussi beau, moderne mais approprié d'un parvis d'église. Le choix des matériaux, également de la pierre calcaire de Lutèce, la sobriété de l'aménagement, la retenue, l'ouverture des sièges sur la place, leur disposition à l'ombre des arbres laissent la place aux gens et à l'effet de la cathédrale. On y trouve en outre une très belle histoire du parvis, également présentée visuellement, qui devrait en fait constituer une lecture obligatoire pour tout urbaniste.

Parvis de la cathédrale - Le parvis de la cathédrale a été réaménagé avec succès il y a presque 20 ans. Jeunes et moins jeunes sont assis à l'ombre sur les bancs de pierre et ont une vue dégagée sur la cathédrale.

Parvis de la cathédrale

Le parvis de la cathédrale a été réaménagé avec succès il y a presque 20 ans. Jeunes et moins jeunes sont assis à l'ombre sur les bancs de pierre et ont une vue dégagée sur la cathédrale.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e,

Le réaménagement a été réalisé à la suite d'un concours organisé en 2003 et remporté par les architectes madrilènes de Linazasoro&Sánchez Arquitectura. Un travail tout à fait remarquable. La place s'ajoute à la liste de mes places préférées, parmi lesquelles figurent la Piazza del Campo de Sienne et le Grand Marché de Bruxelles. 

Après une longue visite, il est malheureusement trop tard pour monter sur la tour, nous nous dirigeons vers le centre-ville. Ceux qui ont lu la deuxième partie de notre voyage en Wallonie savent comment se déroulait Charleroi, la ville était littéralement déserte. Ici à Reims, c'est tout le contraire, apparemment toute la ville et encore 20.000 touristes sont debout et consomment le centre-ville. Je me réjouissais tellement de visiter Reims, mais ici, il fait trop chaud, il y a trop de monde, trop de bruit et trop d'activité. J'ai juste envie de partir. Ce qui m'a aussi frappé, c'est qu'il n'y a pas de restaurants qui sortent du lot. Ils sont tous très classiques, urbains, avec de longues rangées de tables côte à côte. Je ne trouve pas cela très attirant, cela fait toujours penser à une gare d'embarquement. Et tout aussi étrange : il n'y a pratiquement pas de magasins en dehors de la zone piétonne. C'est complètement différent à Bruxelles. Et plus agréable.

Mais nous assistons encore à un moment fort, même s'il y a actuellement des échafaudages.

Das Cinéma Opéra in Reims - L'Art déco et l'Art nouveau de l'ancien cinéma ne sont malheureusement plus qu'une façade.

Das Cinéma Opéra in Reims

L'Art déco et l'Art nouveau de l'ancien cinéma ne sont malheureusement plus qu'une façade.
Photo : Thomas Schürmann, Nikon D800e, 2022

Rue de Thillois

Cinéma Opéra

Dans la rue de Thillois à Reims, il est possible de visiter un magnifique joyau architectural, malheureusement négligé, le cinéma Cinéma Opéra de 1922, réalisé dans le style Art déco et Jugendstil. Il a été conçu par les architectes Émile Thion et Marcel Rousseau. D'autres artistes ont été engagés pour les travaux de verre et de sculpture. Malheureusement, la façade donnant sur la rue Théodore Dubois a été démolie en 1926, l'intérieur a été transformé en 1981 et actuellement, seule la façade donnant sur la rue Thillois est encore debout. En 2021, on a commencé à transformer le beau cinéma en un immeuble d'appartements, mais malheureusement, seule la façade subsiste. Pourquoi les protecteurs du patrimoine de l'État ne pensent-ils toujours qu'en termes de façade, cela me restera toujours incompréhensible.

Nous nous rendons à l'hôtel et y arrivons vers 18h30. Nous avions opté pour l'hôtel Mercure en périphérie de la ville en raison de la beauté des chambres et du prix. C'est un Mercure revalorisé, avec une brasserie et un lobby lounge relativement peps. On aime bien.

Dans la chambre, nous téléphonons à des restaurants intéressants, mais nous, les naïfs ! Soupir ! Nous sommes samedi ! Presque 19 heures et presque tout ce qui semble beau ou sympa est complet. Nous décidons donc d'aller manger à la brasserie du Mercure. En terrasse, certes sans vue époustouflante, mais à l'air libre et avec un service multilingue très sympathique. J'apprends encore une fois. Toujours réserver un hôtel et un restaurant. Toujours. Toujours.

La journée s'achève, et là où j'écris ceci, elle devient encore une fois une expérience de vie plus riche, vraiment belle. Ce qui reste.

Lors de la dernière étape, nous faisons un petit tour en Champagne.

Modifications :

17.07.2022 : Lien vers la carte du réseau ferroviaire de la France ajouté 

Conclusion

La troisième partie de notre voyage en Wallonie nous a menés de la Sambre à Reims, en passant par Chimay, l'abbaye de Scourmont et Signy-l'Abbaye. Le paysage, la bière et le développement du chemin de fer dans le Hainaut à la fin du 19e siècle sont au cœur de cette rétrospective.

Commentaires (0)


Ecrire un commentaire




En envoyant ce commentaire, j'accepte que le nom et l'adresse e-mail de cronhill.de soient stockés en relation avec le commentaire que j'ai écrit. L'adresse e-mail ne sera pas publiée ou transmise à des tiers.