À la recherche du temps perdu

Se souvenir, c'est épuisant

Pourquoi l'archivage des photos demande tant d'énergie, les photos sont plus que de simples images et quels sont les points communs entre les photos et les Madeleines ?

Janvier 2021 J'ai fini d'archiver toutes mes images numériques et je me suis souvent demandé le soir pourquoi ce travail de regard, d'organisation, d'archivage et de marquage est en fait si épuisant.

Edi Zollinger :

La mémoire est le miroir dans lequel nous nous voyons (...)

Source : Edi Zollinger, Auf der Suche nach der Quelle - von Andersen bis Ovid

J'ai maintenant 45 000 images au total dans les archives, toutes classées par mots-clés et bien rangées dans des dossiers et sous-dossiers. Le travail était très épuisant, mais surtout stressant et fatigant sur le plan émotionnel. Après ce projet que je me suis imposé, je suis tombé dans un grand trou. C'est souvent le cas après de longs projets, mais pourquoi ce travail était-il si particulièrement épuisant et fatiguant ?

À la recherche du temps perdu - Marcel Proust. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marcel_proust_2.jpg
Marcel Proust. Source : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marcel_proust_2.jpg
Travail de mémoire

Visualiser et traiter 45 000 images

C'est très clair. Regarder les images est un travail épuisant. Et le soir, je me suis demandé ce que je faisais réellement de ces archives photographiques très bien triées et pourquoi je mettais tant d'efforts dans ces souvenirs picturaux. Après de longues heures d'archivage de photos, je me couchais souvent la nuit et je pensais à la façon dont ma vie est faite de ces événements, comment les images des événements, des personnes et des lieux ont ravivé mes souvenirs, comment ils m'ont formé à nouveau, presque comme une sculpture en argile est créée par un sculpteur.

Un mot de la tradition juive se lit :

La volonté d'oublier prolonge l'exil, et le secret de la rédemption est la mémoire.

Réveiller les souvenirs signifie découvrir le passé afin de l'accepter.

Source : Herma Brandenburger, Deutschlandfunk Kultur

Cette citation concerne principalement des souvenirs avec lesquels nous ne nous sommes pas encore réconciliés. Mais je suis complètement en paix avec mes 45 000 souvenirs photographiques individuels. Enfin, pas complètement. En classant toutes ces images, en étiquetant et en saisissant par mot-clé tous ces souvenirs, ces événements, ces lieux et ces moments, j'ai ressenti une grande fatigue à la fin du travail et j'ai réalisé à quel point le souvenir me prenait de l'énergie.

Des vacances où une dispute a gâché la journée, des amis dont je reconnais le visage mais avec lesquels je n'ai plus rien à faire pour de nombreuses raisons. Des montagnes que je ne pouvais pas escalader à cause d'un pied cassé, des randonnées que je devais interrompre parce que je ne trouvais pas d'endroit où me loger et que j'étais seule, seule et découragée, ma peur temporaire lors de mon premier et unique vol sur l'Atlantique. J'ai réfléchi aux raisons de cet exploit mental et physique, puis de nombreuses émotions sont apparues. En même temps, le travail avec les images m'a connecté avec une grande joie, m'a rempli de bonheur et de satisfaction, quand je pensais à tout ce que j'avais vécu et réalisé. Mais cela m'a aussi coûté des forces et m'a lentement épuisé.

Que sont les souvenirs ?

Total Recall

Les souvenirs sont la reviviscence mentale des expériences passées, écrit Wikipédia. Ils sont stockés dans notre mémoire épisodique et sont composés d'éléments picturaux, de scènes cinématographiques, de sons, d'odeurs, de sons et de sensations. Les mémoires sont stockées sous forme comprimée et doivent être retraitées lorsqu'elles sont activées. Les souvenirs peuvent être presque photoréalistes et très précis, mais tout aussi vagues et approximatifs.

En plus de la mémoire épisodique, il existe aussi la mémoire autobiographique, qui stocke des épisodes ayant une grande et primordiale signification pour nous.

La mémoire autobiographique a des fonctions individuelles, personnelles et sociales essentielles, elle est formatrice d'identité, donneuse de sens, psychodynamique, sociale-communicative et remplit d'importantes tâches directives et d'orientation de l'action. En outre, elle détermine des valeurs et des objectifs et est étroitement liée au moi[2]. Sans les connaissances autobiographiques qui y sont stockées, aucune continuité et aucune cohérence ne peuvent être perçues dans sa propre vie et aucun développement de l'identité ne peut avoir lieu[1]. La mémoire autobiographique est particulièrement importante pour la formation de sa propre identité.

Source : Wikipedia

Il existe de nombreuses recherches sur la façon dont les souvenirs se forment et sur les raisons pour lesquelles les souvenirs ne sont souvent pas aussi précis que nous le pensons (voir les notes de bas de page). Le cerveau ne fonctionne pas comme un disque dur ou une caméra vidéo qui enregistre les événements en tête-à-tête. L'information stockée dans le cerveau ne reste pas inchangée. Un bon exemple en est le pêcheur à la ligne dont les poissons pêchés deviennent de plus en plus gros chaque année, plus souvent il parle de sa prise. Et comme nous aimons faire une montagne d'une taupinière, nous le savons nous-mêmes.

Les souvenirs qui surviennent sous l'effet d'émotions fortes sont souvent déformés et inexacts.

Rappeler des souvenirs

Tremper les madeleines dans le thé

Il y a une odeur dont je me souviens encore très bien. C'est l'odeur de notre couloir et de notre escalier dans la Kluser Höhe à Wuppertal-Elberfeld. Un mélange de cire pour sol, de produits de nettoyage, de poussière de charbon et de pommes de terre de stockage, de parfum et de manteaux usés.

Une scène célèbre du roman de Marcel Proust À la recherche du temps perdu, l'épisode de la Madeleine, est entrée dans l'histoire littéraire. (peter-matussek.de / http://www.peter-matussek.de/leh/s_18_material/s_18_m_07/proust_madelaine.pdf).

Marcel Proust:

Il en va de même pour notre passé. En vain, nous essayons de la conjurer à nouveau, notre esprit s'efforce en vain.

Source : Marcel Proust, À la recherche du temps perdu

La scène montre Proust trempant une madeleine dans son thé. Le goût, l'odeur et la consistance lui rappellent d'un seul coup son enfance. Il est inondé d'un sentiment de bonheur inouï, il devient indifférent à sa vie actuelle et réalise soudain pourquoi cela lui arrive : C'était le goût de la Madeleine de son enfance et d'un seul coup tous les souvenirs sont là, remontent à la surface.

C'est un beau et important passage de l'histoire littéraire et l'auteur et romancier Edi Zollinger l'a merveilleusement analysé et a remonté jusqu'à Ovide - cela vaut vraiment la peine de le lire.  (Edi Zollinger,Auf der Suche nach der Quelle - von Andersen bis Ovid, https://www.nzz.ch/articleEH1K7-1.60964)

Jürgen Ritte:

Il se méfie de la mémoire volontaire, qui a été la grande découverte de Proust : Vous pouvez vous souvenir de quelque chose volontairement, mais tout ce qui est fait volontairement n'est en fait qu'une mémoire déformée. Le vrai souvenir, la vraie sensation, la façon dont c'était vraiment, c'est la révélation à travers la fameuse mémoire involontaire, les mémoires involontaires, ce sont tellement des expériences de déjà vu que vous avez.

Source : Jürgen Ritte im Interview über Marcel Proust, Deutschlandfunk

Même les plus petites choses, les odeurs délicates ou certains sons évoquent en nous des cascades entières de souvenirs. C'est ce que j'ai ressenti l'année dernière quand j'ai vendu la vieille machine à pain de ma tante et que je l'ai remise en marche à la main. Le grincement a libéré en moi des choses assez étonnantes. Le pain, l'odeur de ce pain de campagne particulier qui n'existait que dans cette camionnette de boulangerie VW T2 dans le Sauerland, le bruit du hayon qui se ferme après s'être ouvert pour révéler un bouquet d'odeurs que les boulangeries d'aujourd'hui ne peuvent pas gérer : petits pains fermentés correctement maltés, , tranches de raisins, pains au levain, carrés et ronds, pâtisseries, croissants, bretzels et tranches d'amandes, etc.

Ce ne sont que des odeurs, des goûts. Mais que se passe-t-il lorsque les souvenirs font appel à tous ces processus de manière tangible, dans la forme et la couleur, même photographiquement ? Ensuite, il y a beaucoup de choses qui se passent dans le cerveau.

Et c'est probablement ce qui m'a permis de m'en sortir, je pense. Les cascades de RNP contenant du Staufen dans des neurones transfectés de façon transitoire le long de microtubules que les photographies ont déclenchés en moi. Les, comme on en trouve si abondamment dans le roman de Proust, souvenirs volontaires et involontaires, avec leurs associations ultérieures et leurs impressions sensorielles et bribes de situation, se superposent à des sentiments bons et mauvais, des humeurs, ordonnés ou confus, et des tapis d'odeurs et de sons flous ou cristallins.

Une chose est sûre. Rien n'est sûr.

L'image n'est pas une image

Mais les images/photos le sont. N'est-ce pas ? Ils sont la vérité. Ils sont fiables. Objectif. Non. Ils sont ma vérité. Ils sont extrêmement subjectifs, et je pensais qu'ils représentaient objectivement quelque chose, mais ils ne font que représenter ma vision subjective d'un moment. Mais ce n'est pas tout à fait vrai non plus. En les regardant, je peux éventuellement ressentir à nouveau ce que j'ai ressenti au moment de prendre la photo et de la vivre, mais la même photo sans moi et mon souvenir n'est rien. De plus, chaque fois que je le regarde, j'y ajoute des éléments constitutifs, des sentiments et de nouvelles impressions, de nouvelles sensations subjectives. Peut-être complétée par les commentaires d'autres téléspectateurs.

Mais que mes souvenirs ne sont que mes souvenirs, mon recul subjectif inexact sur ce qui s'est passé, cela devient d'une clarté impressionnante lorsqu'on montre ces photos à des personnes qui étaient présentes à certains moments ou qui ont même été photographiées. "Regardez, c'est une très belle photo de vous !" "Non, pas du tout, regardez-moi regarder là ?" "Mais vous étiez si heureux !" "Non, je n'étais pas satisfait, j'étais juste fatigué." C'est comme ça avec beaucoup de choses. "Vous vous souvenez comme c'était beau sur le Jenner ?" "J'ai dû descendre du Jenner, j'étais étourdi !"

Et de même : quelqu'un d'autre regarde une photo et ressent : rien ou quelque chose de complètement différent. Ce phénomène devrait être familier à tous ceux qui ont déjà assisté à un diaporama sur un voyage de vacances. Les images sont tout simplement d'une qualité impossible, les gens se tiennent guindés devant des motifs photographiques inintéressants et on ne sent pas la trace de ce que l'enthousiasme du présentateur veut nous transmettre en regardant.

Pourquoi ces souvenirs sont-ils si importants pour moi ?

La vie dans la rivière

Peut-être parce que je peux entrer en contact avec mon passé à travers les images ? Ma mémoire autobiographique-épisodique me tient ensemble. Je peux effacer des parties de mes souvenirs, me reconnecter à d'autres parties, revivre les moments heureux et intenses. Comme le dit Wikipedia :

La mémoire est le fait de revivre mentalement des expériences passées.

Source : Wikipedia

Je me demande : ne suis-je pas actuellement rempli de bons sentiments dans le présent ? En fait, en ces temps de Corona, la réponse doit être : Non, je ne le suis pas. Je ne ressens presque rien. Un délicieux repas en famille, une soirée jeux, un bon film. C'est à peu près tout. Rien ne se passe loin de la maison. Zéro. Nada. Je ne vais nulle part, je ne sors nulle part. Il n'y a pas d'objectifs ni d'anticipation car la crise n'est pas encore terminée.

Je vois maintenant à quel point ces rappels m'aident aussi. Ils contribuent à me rassurer sur qui je suis. Mes souvenirs sont la confiance en soi par la connaissance de mon propre devenir, écrit Katja Patzel-Matern. Elle dit qu'en reconstruisant ma vie, en triant et en reliant mes souvenirs, je donne à ma vie un pouvoir qui me permet de faire l'expérience de ma vie, les événements, les lieux, les temps, les personnes, les sentiments rassemblés me constituent, ils me rassemblent.

Dans cette mémoire qui fait le lien entre les événements, elle représente aussi la relation à l'individu et à son environnement.

Source : Katja Patzel-Matern, Erinnerung verbindet uns, Erinnerung trennt uns

Comment ai-je agi dans le passé, avec qui ai-je interagi, qui m'a étreint, embrassé, avec qui ai-je ri ou pleuré, où ai-je été opéré, d'où ai-je marché, où ai-je marché, où et comment ai-je mangé, vu, joué, entendu, etc. L'histoire de ma vie, c'est moi, elle me rend individuel. Je dois trouver mon rôle dans la société pour moi-même, pour donner un sens cohérent à toutes mes actions dans les multiples contextes sociaux eux-mêmes. Cette tâche incombe de plus en plus à l'homme depuis la Renaissance, et cette exigence de se définir ne cesse de s'accroître à un rythme rapide. Mes souvenirs ne donnent pas seulement un sens à ma personne et à mon moi. Ils lui donnent également un sens, ce qui n'est plus automatique pour moi en tant que personne dans la société moderne. Tout cela est très subjectif, tout comme mes impressions, mes nombreuses photographies. Ce sont des impressions, des preuves sûres de quelque chose dont je ne suis plus automatiquement sûr.

Mes souvenirs ne sont pas statiques, ils ne sont pas exacts, ils sont subjectifs et en flux constant sur lesquels je ne peux pas toujours orienter mon propre voyage. Toutes ces images sont le monde en soi, mais à travers mes souvenirs, elles deviennent plus qu'un simple moment passé. Les images m'aident à être plus sûr de moi et de mon passé.

C'est bien de les avoir et d'être sur la route avec eux.

tl, dr;

Une image n'est pas seulement une image. Elle est chargée de mes sentiments subjectifs au moment où elle a été prise, lorsque j'ai vécu le moment qui a été photographié, et de tous mes sentiments lorsque je regarde l'image par la suite. Se souvenir est épuisant car il ne s'agit pas seulement de voir quelque chose. Et sans nos souvenirs, nous ne sommes rien.

Commentaires (0)


Ecrire un commentaire




En envoyant ce commentaire, j'accepte que le nom et l'adresse e-mail de cronhill.de soient stockés en relation avec le commentaire que j'ai écrit. L'adresse e-mail ne sera pas publiée ou transmise à des tiers.