L'heure du vélo

Une trouvaille de texte de la période 1990-1995

Entre 1990 et 1995, j'ai écrit ce texte un peu fou, surreal, sans ponctuation, sur le cyclisme. A cette époque, je lisais beaucoup et je pense que certaines paroles m'ont beaucoup influencé.

Ce que c'est. Après l'exposition est avant l'exposition suivante. Mais d'abord et avant tout, je voulais nettoyer ma grande armoire à dessin en papier, car dans tous les tiroirs il y avait maintenant des baluchons de dessins, du papier de couleur récemment acheté et du carton gris.

Il était temps.

Tout d'abord, tout est réglé. Dans le nouvel atelier, il y avait assez d'espace pour tout remettre à sa place. Et les aquarelles ont enfin de la place pour elles.

Puis j'ai trouvé ce texte. Il raconte une histoire - superficiellement, mais il est en fait intéressant pour moi parce qu'il montre à quel point je pense, ou pense associatif à ce moment-là.

Je l'ai probablement écrit sur mon Apple LC II et je l'ai mis en justification. C'est ce que je fais ici maintenant.

(C'était difficile à traduire. Je m'excuse pour toute inexactitude.)

l'heure du vélo

traverser des paysages sur des routes humides sur lesquelles le soleil ne brille pas et le soir ne se lève pas les fleurs dans les canyons étroits et arrosés dans les vallées à côté des routes chemins et les gués s'estompent sans souci les arbres ne se soulèvent plus contre la tempête violente des forêts aiguillé du voisinage immédiat et laissent une trace oublié dans le passé no man's land derrière nous la pluie couvre les rouleaux étroit mûr sur la route tout et nos âmes grises de la brume de l'enveloppe des briques humides les pneus ne roulent pas par eux-mêmes la montagne en haut et en bas de la montagne un monument contradictoire et apparemment vaincu pour le fer mais pour être brisé volonté avec un épuisement mortel finit chaque conquête quand les oiseaux crient sur la honte des gens comme vide les bois vallées collines les âmes les arbres dans eux rien sera seulement rêve d'entre eux on se trouve dans un pré 

 L'heure du vélo - Autoportrait.  Pinceau sur papier à dessin de 90 grammes, 1990-1995
Autoportrait. Pinceau sur papier à dessin de 90 grammes, 1990-1995

après des jours quand la pluie vivifiante s'est déversée dans le royaume des nématodes et des vers et que le soleil brille sur le dessus, desséchant et gâchant les délicates plantes de notre amour séché dans la chaleur sur nos altérations de personnalité et seulement bleu si bleu comme le ciel au-dessus de nos étoiles avant le soleil ne brille le lendemain peut devenir la prochaine pensée gémissante quand nos lèvres sèches et cassantes se déchirent et s'ouvrent en un large rire et qu'aucune douleur du monde ne brise l'amour pour nous et l'espace vide autour de nous irriter à se flétrir peut créer d'une flaque sèche pleine de poussière une vie devient un morceau d'argile malléable avec de hautes propriétés de compactage un jour entier plein de cris de bonheur au ciel sur le sol des faits vivants roulent aussi loin avant notre futur et derrière notre passé dans d'autres vallées plus haut le long des hauteurs mortelles dans lesquelles nous ne voulons pas tomber sans obsession sur les hauteurs ou les étoiles la nuit plus près dans notre rêve oublié du temps le ciel

séchés par nous-mêmes dans notre inondation dans laquelle nous sommes emportés l'un loin de l'autre et l'un avec l'autre par la vie enchevêtrée de la vaisselle et arrivent comme nulle part avec des chênes à main courte et ne peuvent pas tenir bon et nos étreintes dans l'eau sont humides par l'effet de friction de la douceur sèche on ne sent rien glisser les uns sur les autres et on se retrouve si loin de moi quand je suis moi-même et de l'autre je suis loin faible comme je me vois dans votre miroir déformant de la joie de la peur peur peur peur dans un nouveau jour quelque chose d'autre me tourne à nouveau et dans les jardins les fleurs fleurissent dans les remises fortes et ne peuvent pas faire sans l'amour des gens qu'ils sont seulement devenus à travers eux ce que nous sommes l'archéologie amour serait cultiver culte des morts où il se montre parfois je la regarde en face et ne me comprennent pas comment je peux m'éloigner de l'inclinaison nue de ma préférée alors avec mon agonie désespérée et sauvage j'ai tout écarté du champ de vision où le plus beau se montre à moi devant mes yeux en passant sous les arbres qui frottent les roues dans les courbes

l'asphalte caresse le gravier et donne à la poussière son propre profil elle sort de l'explosion de l'eau et disparaît dans des tourbillons sauvages sous les ponts et regarde tristement en l'air et n'oublie pas ce qu'ils sont et ont été de brèves et fines petites impressions d'un peu d'oxygène et ont déjà passé sans un clin d'œil dans l'eau et n'ont pas timidement réapparu devant d'autres gardes de sécurité tout aussi peu et rappeler aux gens dans des paysages plats et montagneux de courts moments les fougères se marient l'eau sous la pluie et que nos joues sont roulées n'est pas toujours joyeux et confiant les larmes roulent les barrières malheureusement bloc portes du beldnung (sic !) la vue sur la terre derrière elle et pas un mot de mort ne touche nos lèvres émerge à nouveau entre elles en silence nous nous retrouvons ensemble quand nous sommes le plus loin l'un de l'autre quand je ne trouve pas mon chemin je ne me perds pas seulement en moi je ne me perds pas à côté de moi je me cherche en moi-même et j'ai disparu en moi et je me retrouve ailleurs sous un grand nuage blanc qui se révèle

me sombre dans l'un d'eux, les détours sont probablement illimités lorsqu'ils s'acharnent sur nous comme des sondes qui s'étirent et qu'il y a quelque chose à trouver dans tous les recoins du monde qu'il est difficile de trouver tout est en effet défolié, mais les les croûtes fines se dissolvent dans la pâte feuilletée transitoire lorsque la langue arrive à des jours qu'ils passent une fois de plus dans une longue errance dans la journée elle-même et la recherche de l'errant consomme tant d'énergie et de se lever devient une matière stressante est la question de la la nuit était en sueur et le jour vient juste de commencer il a déjà tué la soirée et les résultats sont même trop misérables il ne compte qu'un mot écrit ou une pensée composée mais pas un trait solide et pas incertain sur le le papier que les roues roulent entre de larges haies, même si elles sont finement taillées dans leur férocité débordante, nous nous assurons de l'espace de temps qui se trouve derrière elles et nous sommes pénétrés par un flot de fantasmes et d'histoires qui ont lieu lorsque les agriculteurs solitaires sont seuls

les vaches confortables et sociables à un pâturage de chardon et d'écouter leurs histoires tendres et sales histoires de rapports sexuels derrière les haies hautes coupées de l'éperonnage des cornes dans la lutte entre les sexes de l'enchevêtrement dans le les larges poils des vaches sur des haies coupées par des clôtures de fils de fer et des haies bon marché et les oreilles pointues et marquées des bêtes à cornes écoutent le gémissement des paysans à la tristesse de tout ce qui est abandonné sur sa prairie entre vaches fertiles et non derrière. peut voir les frontières bien coupées de son petit monde où à l'extérieur entre deux roues la ruée occasionnelle de s'arrêter comme le temps entre deux roues et aussi profiter du moment de la promenade du bétail et si différents mondes se rapprochent entre deux haies bien coupées et s'arrêter encore et pas besoin de dire beaucoup les oiseaux sont silencieux et une fois la ruée maritime entre la voix murmurant des sons des herbes et avec tonnerre tue les vagues frapper notre physique puis

nous pouvons être emportés, emportés, emportés, emportés, emportés ou détruits autant que nous nous cramponnons dans cette tempête d'eau, autant qu'après de nombreuses années nous pouvons y résister et endurer de petites vagues mais la mer reste pleine de temps si incertaine et les montagnes de vagues toujours plus hautes que ce que nous pouvons imaginer et la mer se retire encore et la petite eau qui reste de nos yeux se frotte aux fines pierres broyées et rayées de notre route commune.

Fin.

tl, dr;

Un texte surréaliste et associatif sur le vélo, les relations et l'expérience du paysage.

Commentaires (0)


Ecrire un commentaire




En envoyant ce commentaire, j'accepte que le nom et l'adresse e-mail de cronhill.de soient stockés en relation avec le commentaire que j'ai écrit. L'adresse e-mail ne sera pas publiée ou transmise à des tiers.